Select Page

Sam Beam & Jesca Hoop – un duo folk de feu

Sam Beam & Jesca Hoop – un duo folk de feu

Ils faisaient partis de mes coups de cœur de ce début d’année avec leur single Every Songbird Says, le duo folk Sam Beam & Jesca Hoop ont sorti leur album Love Letter For Fire.

Jessica Ada Hoop est née en 1975 (la meilleure année) à Santa Rosa Californie. Elle a grandi sous une éducation Mormon jusqu’à la séparation de ses parents lorsqu’elle avait 14 ans. La rencontre avec le chanteur/acteur Tom Waits, alors qu’elle était la nounou de ses enfants, va changer sa vie. Le chanteur et sa femme vont lui présenter son éditeur musicale. Elle a maintenant 4 albums à son actif.

Samuel Beam en a, quant à lui, 1 de plus. Âgé de 41 ans, il est parent de 5 filles (les 5 filles du Dr Beam donc) et est né en Caroline du Sud. Il a fait des études de cinéma en Floride où il a obtenu le diplôme de Master of Fine Arts qui lui a permis de devenir Professeur de cinéma à l’université de Miami. Il a choisi son nom de scène Iron & Wine à partir d’un complément alimentaire qu’il a trouvé dans un supermarché (Beef Iron & Wine) et non de ce qui aurait pu être ses deux passions : le repassage et le vin.
Tous deux sur le même label, Sub Pop Records, ils vont tout d’abord collaborer sur le dernier album solo de Jesca HoopUndress sur le titre Hunting me dress. Ils ont alors compris qu’il y avait matière à faire un album ensemble.
La chanteuse est vraiment une révélation par sa technique de chant incroyable et son étendue d’octaves (admirez sa concentration et ses efforts sur le live ci-dessous).

Sur Every Songbird Says, elle a une voix cassée que l’on ne retrouve sur aucun autre titre de l’album. Sur Chalk It Up To Chi elle se veut plus garce sur les couplets et plus séductrice sur les refrains.

Mais c’est Sur Soft Place To Land que sa voix est la plus impressionnante et la plus touchante. Sur un très beau texte relatif à l’amitié :

I know you’re out there // Je sais que tu es là
out in that weather // dehors avec ce temps
it’s raining sideways // il tombe latéralement
a hard rain // une grosse pluie
keeping your head down // tu gardes la tête basse
buried in your collar // emmitouflé dans ton col
you’re pressing through the head winds // tu affrontes le vent
because there’s work to do // parce qu’il y a du travail à faire
If she don’t cling to you // Si elle ne s’accroche pas à toi
is she don’t tend to you // si elle ne te soigne pas
and give you respite from your worries // et ne donne de répit ni à tes soucis
and the wind thats blowing through // ni au vent qui souffle
If your looking a soft place to land // Si tu cherches un endroit agréable où atterir
the calm of steady hand // le calme d’une main stable
an unconditional friend // un(e) ami (e) indonditionnel (lie)
if you need to take a moment to catch your breath // si tu as besoin de prendre un moment pour reprendre ton souffle
come in before you catch your death // entre avant d’attraper la mort
you don’t have to pass the test to come home // tu n’as pas besoin de passer un test pour rentrer à la maison

S’il est vrai que  la chanteuse sort son épingle du jeu, le charme de Love Letter For Fire réside dans la complémentarité des deux voix. Les deux complices réalisent un travail énorme sur l’harmonie des voix que ce soit en question/réponse (Chalk it up to chi), en soutien de l’un pour l’autre ou à l’unisson (Brights lights and goodbyes). La voix féminine se fait plus forte, en terme de présence, celle de Sam Beam étant généralement plus douce et plus discrète, plus en retrait pour laisser sa partenaire chanter.

Le plus bel exemple de la magie de ce duo est incontestablement la chanson Valley Clouds :

Les paroles parlent de la liberté que l’on ressent lorsque l’on est à deux, de l’impression que rien ne peut nous arrêter :

Why don’t we go slow below the valley clouds // Pourquoi n’irions-nous pas lentement sous les nuages de la vallée
our edges worn around and sacred now // désormais nos bords sont usés et sacrés
all in time, all promises were not the same // avec le temps, toutes les promesses ne se valent pas
we left flowers in the field and our tears were plain // nous avons laissés des fleurs dans le champ et nos larmes étaient simples
Bend to the wind // Agenouillés au vent
it’ll baptize your skin until your music is tender // cela baptisera ta peau jusqu’à que ta musique soit tendre
tender as trees // aussi tendre que les arbres
for the truth we believed it’s the wind we remembered // pour la vérité à laquelle nous croyions, c’est le vent dont nous nous rappelions
we were overcome // nous triomphions
spinning in the wheels // en faisant tourner les roues
hitting bottom in the wellspring mud // en touchant le fond de la source boueuse
crying to the cold until we felt the sun // en pleurant de froid jusqu’à que nous sentions le soleil
home was up a hill but our weary legs could run // la maison était en haut de la colline mais nos jambes fatiguées pouvaient courir
when we closed our eyes // quand nous fermions les yeux
we could see the serpent // nous pouvions voir le serpent
and the savior laying side by side // et le sauveur allongés côte à côte
heaven was a corner where we tried to hide // la paradis était un endroit où nous essayions de nous cacher
our running would be long our river would be wild // notre course serait longue notre rivière serait sauvage (…)

Sur ce live ci-dessous, on peut admirer leur complicité ainsi que la beauté du duo.

Ils sont accompagnés par des cordes, violoncelle et violon, et des éléments de percussions qui savent se faire discret mais qui plantent avec précision le décor « coin du feu dans une maison en bois au fond de la forêt ». On peut entendre des bruits de sabots pour illustrer la phrase « horses in the doorway, running out of rain » dans We Two Are A Moon. Dans Know The Wild That Wants You, les éléments de percussions font penser au passage d’un train ou aux bruits de la ville. Il y a également un bruitage du vent dans Bright lights and goodbyes pour la phrase wind within the wind and change.

De plus, les textes écrits par le duo sont emplis de poésie, qui laisse place à l’imagination et à l’interprétation. Avec l’utilisation du vocabulaire marin, du bord de mer pour comparer la force de la tempête à la puissance de l’amour contre lequel on ne peut résister dans  One way to pray :

Oh the pin fixing the sea // le clou qui fixe la mer
was a pillar in my spine // était un pilier dans ma colonne vertébrale
until the tempest embraced me // jusqu’à ce que la tempête m’étreigne
in its still and quiet eye // dans son œil calme et immobile
When my hand reached out to skim // quand je tendis ma main sur l’écume
bluer water than your eyes // d’une eau plus bleue que tes yeux
I was ripped into the spin // j’ai été arraché par le tourbillon
I was torn into the tide // j’ai été emporté par la marée
Hear the waves hit the cliff // j’ai entendu les vagues frapper la falaise
like our names engraved // comme nos noms gravés
silhouetted you and I kissing // apercevant nos deux être s’embrasser 

Le label a fait le choix de mettre à disposition l’intégralité de l’album disponible sur Youtube, il n’y a donc aucun obstacle à ce que vous vous jetiez sur cette perle.

About The Author

Dj Tofu

Bercé au Hip Hop, les samples et ma curiosité insatiable m'ont fait découvrir des multitudes de genres, pépites et univers. Véritable glouton, j'ingurgite tout ce que j'écoute pour partager mes coups de cœur et news.

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate:

Hot Track

Playlist du moment

Tweets récents

Translate »

Pin It on Pinterest

Shares
Share This

Partage

Vous avez aimé? Partagez!